mercredi, janvier 27, 2021
Actualité

Gabon, RENTREE SCOLAIRE, PERTURBATIONS EN VUE, INFO ou INTOX ?

 

Gabon, RENTREE SCOLAIRE, PERTURBATIONS EN VUE, INFO ou INTOX  ?

Contexte :

Acte 1 : le 2 septembre  2011, Des leaders  de la Convention nationale des syndicats du secteur éducation (Conasysed) ont entamés  une grève de la faim,  enfin de  pousser le gouvernement à rétablir leurs salaires suspendus depuis le mois de janvier 2011, et ce,  en raison de leurs activités syndicales.

 II

Acte 2 : Le gouvernement de la république  décide, le lundi 5 septembre 2011, de rétablir les salaires des leaders syndicaux de la convention nationale des syndicats du secteur éducation (Conasysed), suspendus en janvier 2011, avec un communiqué officiel à l’appui.

 

Ne galvaudons pas tout, la grève de la faim un geste d’ultime désespoir, le dernier recours quand on a épuisé l’ensemble des négociations.  La grève ne  saurait  utiliser comme une vulgaire arme de chantage,  pour montrer l’incapacité  du  pouvoir, encore moins d’un homme, au risque de se ridiculiser ou se caricaturer soi-même.

 

• Ces gens ne se battent  pas contre le gouvernement, ils dénoncent   les mécanismes utilisés qui les ont  privés de leurs  rétributions. Un peu de retenue , de respect  et  moins d’opportunisme. les cartes sont brouillées depuis un certains temps au Gabon. Gardons- nous d’envenimer un peu plus les choses. Soutenir les grévistes « OUI » – Haro sur Ali Bongo ONDIMBA , simplement parce qu’il est le président « NO »

 

rappelons-nous que les maux qui minent l’éducation au Gabon et qui ont conduits à son déclin, ne datent pas  du  mandat d’Ali Bongo Ondimba. Mais sont  la résultante de quatre décennies de mauvaises politique éducative,  la débâcle actuelle n’est dont pas  le fait  d’un seule personne,  mais d’un système et  de tous ceux qui ce sont  succédés aux responsabilités à la tête du pays. Il serait temps que chacun assume sa part d’héritage, au lieu d’être pyromane.

 

 La vidéo montrant  des images  sur les familles,  en particuliers, les enfants des  leaders syndicaux de la Conasysed est touchante mais laisse aussi perplexe en ce qui concerne le fonctionnement interne des syndicats au Gabon.

 

 

Amateurisme ou pas, avant d’organiser une grève, on prépare les différentes étapes, on fait des projections jusqu’au dénouement souhaité ou attendu. Mais, je ne comprends pas pourquoi des  syndicats gabonais de l’enseignement ne font pas appel aux caisses de leurs syndicats, afin de venir en aide aux  familles des grèviste.

 

Ali bongo Ondimba par-ci, Ali bongo ondimba par-là, ce n’est pas Ali Bongo qui gère les fonds personnels des syndicats. En Pologne, en France, au Cameroun, en Afrique du sud, etc. – des syndicats disposent des fonds propres qui sont utilisés pour secourir, en cas de nécessité, cette obligation existe-t-elle aussi au Gabon ?

 

 récupération  manifeste, instrumentalisation à des fins politiques inavouées   ? – Il y a de quoi désorienter des authentiques soutiens de cette opération.

 

Important,  pourquoi il n’y a pas un véritable élan  de solidarité les concernant de la part du corps enseignant et   des associations de parents d’élèves?

 

Evitons les extrémismes, les stigmatisations et les mélanges divers,  essayons pour ceux qui  le peuvent, de tendre une  main solidaire vers ces personnes et leurs proches, dans l’attente raisonnable, que l’administration,  qui est lente  comme partout dans le monde  solde enfin ce dossier, il va de l’avenir de nos enfants.

 

BONNE RENTRÉE SCOLAIRE  A TOUS LE 19 SEPTEMBRE 2011, ET CE  MALGRÉ LES GRAVES DIFFICULTÉS FINANCIÈRES DE CERTAINS PARENTS

 

 

A.M. Dworaczek-Bendome

Leave a Response

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.