lundi, août 10, 2020
Actualité

Gabon – le Guinéen Mahmoud Thiam rejoint la galaxie Ali Bongo

Gabon - le Guinéen Mahmoud Thiam rejoint la galaxie Ali Bongo

 

A la cour d’Ali Ben Bongo Ondimba, on y compte “un de plus“. Le président aurait  trouvé à son tour SON MONSIEUR MINES ET PÉTROLE, à l’instar de son défunt père, qui avait fait du Béninois Samuel Dossou Aworet, son Monsieur « Pétrole ».

Spécificité propre !

Le Gabon, sous Ali Ben Bongo Ondimba continue à cultiver son singularisme par rapport aux autres exécutifs à travers le monde.

En effet, alors que le mondialisme sauvage  renvoie chaque peuple à se retourner vers ses racines, vers ce qui fait son identité, ses attaches profondes, voilà que chef de l’état Gabonais, lui, depuis son élection, va rechercher ailleurs, des non nationaux, pour les faire occuper des fonctions au sommet de l’état du pays.

Qui est t’il ?

Né le 4 octobre 1966 à Conakry d’un père banquier, marié et père de trois enfants, Monsieur Mahmoud Thiam, ancien ministre des Mines de la Guinée sous Dadis Camara, connaît bien la sous région d’Afrique centrale, il a travaillé au Congo, dans une société qu’il avait créé avec des amis congolais. Des études secondaires entre la France et la Belgique. Par la suite, il a poursuivis son cursus universitaires aux Etats-Unis, de 1er et 2ème cycle  Cornell University New York, avec un diplôme combiné en Économie/Finances appliquée après des études de langues à Georgetown/Montgomery College, Washington, DC (United States of America).

Les plus emblématiques

Aujourd’hui coopté par Ali Ben Bongo Ondimba, ancien Banquier et ex-ministre des Mines et de la Géologie de son pays, il occupe désormais le  « poste de conseiller spécial du président Ali Bongo Ondimba », chargé des questions de stratégies « minières et pétrolières ». Ce qui en fait l’un des hommes les plus puissants du cercle décisionnel du président.

Ce dernier vient s’ajouter à longue des nationaux, après :

  • Jean Denis Amoussou
  • Maixent Nkani Accrombessi
  • Soleman Liban
  • Cheick Modibo Diarra

Et les autres, ils sont jugés plus compétents et aptes à décider en lieu et place des gabonais de souches.

Fierté nationale !

Depuis l’indépendance, et même avant, le pays a investie et formé en son sein une élite capable de juger et d’apporter une analyse et une expertise sérieuse, précise qui ne ferait pas honte pas aux décideurs, pourquoi ceux qui sont à la tête de l’état, hier comme aujourd’hui préfèrent t’ils s’appuyer sur des personnes qui viennent d’ailleurs et dans le domaine des mines et du pétrole, y aurait t’il quelque choses que des nationaux ne doivent jamais avoir connaissance ?

Quand on voit les précautions que prennent des gouvernement d’autres des pays qui veillent  à pas froisser leurs citoyens, identité et nationalisme oblige, on peut dont s’étonner qu’au Gabon au contraire, on fait “fi” d’ignorer les sentiments d’animosités que peut faire naître auprès des populations ce comportement.

Cette pratique ne risque t’elle pas de favoriser une xénophobie envers la grande communauté étrangère qui vit au Gabon, car après l’économie qui est globale au mains des non gabonais, il restait l’état et voilà que ce dernier privilège leur est aussi retirer.

Etrange pays qu’est le Gabon !

A.M. Dworaczek-Bendome